La bande dessinée : le neuvième art au sommet

Succession de dessins, bulles de textes, onomatopées, le tout dans une histoire comique, épique ou tragique, voilà quelques composantes de la bande dessinée. La BD est un art littéraire et visuel, un roman graphique codifié dont la réalisation est gouvernée par une méthodologie précisément adaptée à ce type d’œuvres. Souvent considérée comme le « neuvième art », la bande dessinée est identifiable entre mille. Comment se reconnait-elle ? À vos lunettes, découvrons ensemble l’univers de la bande dessinée.

Quelles sont les caractéristiques d’une bande dessinée ?

L’aspect physique d’une Bande dessinée témoigne de sa singularité. Ce genre d’écriture ne ressemble à aucune autre. Sur le plan de la disposition, la bande dessinée francophone classique comporte des éléments de forme exclusivement utilisés par un dessinateur de BD. Ainsi, la planche de bande dessinée c’est-à-dire la page toute entière se compose des cases et des bandes. La case ou le cadre contient des images qui occupent une largeur plus ou moins importante de la planche. Les cadres se séparent entre eux à l’aide des bandes dont le nombre total ne saurait excéder 6 dans une bande dessinée classique.

En ce qui concerne l’histoire, elle se raconte dans une cartouche rectangulaire. La narration se fait de manière progressive et comporte quelques fois des indices descriptifs. Par contre, le scénario se transcrit différemment. Dans une bande dessinée, les dialogues sont écrits dans des bulles qui expriment soit les paroles soit les pensées des personnages. L’appendice quant à elle vient indiquer celui qui parle ou pense. Elle a généralement la morphologie d’une pointe triangulaire ou de petits ronds décroissants de la bulle vers le personnage.

Pour finir, les onomatopées constituent une particularité non négligeable dans le dessin et la rédaction d’une Bande dessinée. Elles représentent tous les effets sonores et les bruits forts ou sourds produits par les acteurs de la bande dessinée. Il en existe des centaines de milliers, toutes adaptées à un sentiment exprimé avec précision. La lecture de bandes dessinées n’en est que plus captivante.

Quel est le prix d’une bande dessinée ?

Le prix d’une bande dessinée va varier selon que vous soyez en présence d’éditions limitées et uniques ou en face de bandes dessinées produites en série. Tout d’abord, on évoque le terme bande dessinée exclusive et unique pour désigner les bandes dessinées de type « custom » ou « syndicate », réalisées à la demande spéciale d’un client ou d’une entreprise. Cette commande surgit généralement lorsque le client en question manifeste le besoin de proposer des contenus plus explicites à son public. Cette sorte de mini BD publicitaire coûte environ 400 dollars surtout à cause du long travail de personnalisation et d’adaptation aux attentes client.

La bande dessinée destinée à la vente en série reste assez accessible pour le consommateur. En réalité, il n’y a nul besoin de jouer au casino en ligne pour pouvoir s’offrir une bande dessinée. Le prix moyen se veut abordable et non contraignant. Il se situe entre 25 et 5,99 euros. Toutes les conditions sont donc réunies pour que chacun possède sa collection de bandes dessinées.

Comment créer une bande dessinée ?

Le processus de création d’une bande dessinée requiert une phase de réflexion préalable au même titre que le roman ou la pièce de théâtre. Il faut avoir choisi en amont les personnages, leur présentation physique ainsi que leurs personnalités respectives, le ton de votre BD, le thème, l’intrigue et le format. Lorsque ces paramètres deviennent clairs dans votre esprit et que la trame de fond de votre BD commence à se mettre en place, le dessin de vos planches peut commencer. Les ajustements ultérieurs se réaliseront au fur et à mesure que vous progresserez dans la mise en cadre. Le dessin se fait selon une structure précise. L’encadrement apparait ainsi comme un exercice minutieux pendant lequel vous devrez vous interroger sur le chemin à suivre et user de stratégies pour optimiser le résultat final. 

Du point de vue du dessinateur, la tâche reste très technique. En effet, il progresse en tenant compte du type d’histoire, de la vie des personnages, de leurs rencontres et interactions ainsi que du contenu destiné au lecteur. Garder le fil de l’histoire constitue son premier défi. Il construit alors le storyboard qui situe le scénario dans un cadre spatio-temporel donné. Une bonne bande dessinée qui se vend bien trouve ses origines dans un storyboard réussi. Voici la base qui sert à visualiser la scène. Cette esquisse se présente sous l’apparence de simples dessins, des gribouillages floutés en noir et blanc qui conduisent peu à peu l’illustrateur vers son objectif.

Ainsi, le dessin de BD s’exécute de manière pratique en plusieurs étapes. Premièrement, faites les cases avec une règle transparente, un crayon à papier et un feutre. Ensuite, redessinez au crayon en apportant les modifications qui s’imposent selon le plan de cadrage sélectionné au départ. Puis, procédez à l’encrage. Renforcez vos tracés à l’encre noire pour un rendu définitif propre et soigné. C’est aussi le lieu de rédiger vos divers textes. Enfin vient l’étape de la coloration. Ici, vous ajoutez toutes les couleurs, les mises en lumières et les ombres. Vous réalisez les finitions de votre BD, exception faite pour les BD en noir et blanc telles que « The Walking Dead ». Notez que savoir dessiner n’est plus un facteur indispensable à la réalisation d’une BD, car les logiciels de création BD en ligne vous facilitent la tâche.

Meilleures bandes dessinées de ces dernières années

Qu’il s’agisse de la bande dessinée française, les comics américains, les mangas japonais ou la bande dessinée québécoise, plusieurs œuvres de bande dessinée se démarquent durant ces dernières années. Dans la catégorie festival d’Angoulême, les meilleures œuvres demeurent « l’Arabe de futur », « les vieux fourneaux — tome 1 », le Chat du Rabbin tome 1 : La Bar-Mitsva », « Un Océan d’amour » ou encore « Cet Été-là ». Les BD comme « Sherlock-Holmes », « Lucky luke », « Blake et mortimer », « La fiancée du Dr. Septimus », « RIP » et « Docteur Radar » ravissent la vedette en matière de BD policière à suspense. Après le thriller au cinéma, découvrez la bande dessinée policière. Vous ne verrez même pas la différence. Les comics américains se révèlent à travers des productions telles que : « Undertaker », « Solo Leveling », « Fuze & Didier » ou encore « Elles ». La BD humoristique « Swan & Néo Brother » se classe parmi les réussites dans le genre comique. Avec d’autres titres comme « les chroniques de la trentaine (TMTC*) », « Papacito », « L’élève Ducobu » ou « Les Bodins s’font la belle », c’est du fou rire garanti de la première à l’ultime planche.

La bande dessinée japonaise se hisse au sommet de la liste des Bandes dessinées jeunesse les plus lues au monde. Avec des chefs-d’œuvre comme « One Piece », « Naruto », « Tokyo Revengers » ou « Demon Slayer », régalez-vous ! Les auteurs de mangas possèdent assez de talent pour continuer à nous émerveiller. Les classiques indémodables comme « Les Aventures de Tintin », « Spirou et Fantasio », « Astérix le Gallois » ou « Goldorak » se maintiennent au top des ventes depuis plusieurs années déjà. De grands noms de la BD, notamment Enki Bilal, nous offrent le meilleur de son art à travers une merveille intitulée « Moi, ce que j’aime, c’est les monstres ». Le titre très évocateur en dit long sur l’histoire originale qui s’étale dans cette BD. Le monde de la bande dessinée prend son envol depuis une vingtaine d’années maintenant, restons connectés.