Les onomatopées dans les BD

Pour traduire les sons dans les BD, les dessinateurs utilisent les onomatopées. Celles-ci sont essentielles, car elles donnent une sorte de vie à la BD. Selon les cadres et les cas dans lesquels elles sont utilisées, les onomatopées peuvent être classés différemment. Quels sons traduisent généralement les onomatopées dans les BD ?

Des véhicules

Les onomatopées utilisées au quotidien sont quelque peu différentes de celles des BD. Dans les BD, celles produites par les véhicules sont les plus classiques. Elles traduisent le vrombissement des moteurs. En voici quelques-unes :

  • VROOOOM de façon répétée qui est un classique

  • VRRRRRRRRRN pour un vrombissement beaucoup plus long

  • VRRRRRN VRRRRRN qui traduit de petits coups de gaz

  • SKKRREEEEE souvent utilisé pour représenter un crissement de pneus.

De nombreuses autres onomatopées peuvent traduire les sons des hélicoptères, des bateaux, des avions, etc.

Des chocs

Dans les BD, les chocs sont de divers types et se manifestent de diverses manières. Il peut s’agir de bruits de portes, de coups de poing sur la table, sur le mur, etc. Voici quelques onomatopées utilisées pour représenter des chocs :

  • SLAM ou CLAC pour traduire le claquement d’une porte

  • WHAM est généralement utilisé pour exprimer le bruit d’un coup de poing sur une table

  • THUD est utilisé dans les scénarios de bagarres pour traduire un coup de poing sur le visage

  • WHACK est quant à lui utilisé pour exprimer le son d’une gifle

  • KLONG est l’onomatopée utilisée pour exprimer le bruit du métal (casserole, couvercle d’égout, barre de fer, etc.)

On peut aussi utiliser WHUD lorsqu’une personne est projetée contre un mur ou THUD lorsqu’elle tombe sur le sol.

Des armes et les explosions

Les armes rendent les BD et certains de leurs personnages assez intéressants. Elles sont donc très souvent présentes dans les diverses créations. Pour traduire le bruit émis par une arme, on utilise l’onomatopée BLAM pour un coup de feu. La mitrailleuse étant une arme à part, elle dispose de sa propre onomatopée. Les coups de feu d’une mitrailleuse sont souvent représentés par BUDDA à chaque coup. Lors d’un échange de tire, les balles qui fusent sont traduites par une succession de ZING.

Les onomatopées d’explosions sont aussi des classiques dans les BD. Quelle que soit la cause de l’explosion, lorsqu’elle est proche, on utilise FWOOOM. Mais, lorsqu’elle est lointaine, les dessinateurs utilisent KROOM. Vu qu’elles sont particulières, les explosions dans les tunnels se traduisent par BARROOM.

Des liquides

Dans les BD, les liquides sont aussi très souvent représentés. Quand on mentionne le son d’un liquide, on pense en premier lieu au célèbre SPLASH. SPLASH traduit la chute ou le plongeon dans un liquide. Mais, pour le plongeon, il existe aussi des variantes. On peut utiliser BLOOSH ou encore SPLUTCH. Quant à la goutte d’eau pour qui tombe, elle est représentée par PLIIT. Lorsqu’un corps immergé sort de l’eau ou tente d’en sortir, on emploi souvent PLISH. Lorsque c’est un homme qui sort de l’eau, le son classique est SPLUT.

Du corps humain

Lorsqu’un personnage est essoufflé, on utilise PUFF de façon répétée avec des guillemets encadrant l’onomatopée. Pour la toux, on utilise KOFF. Lorsqu’un homme mâche des chips ou des aliments croustillants, on peut utiliser CRUNCH ou GRUNCH plusieurs fois. Pour mâcher un aliment dur, on utilise CHOMP. GULP quant à lui est utilisé pour représenter une personne qui avale brutalement.

Des bruits de pas

Les pas eux aussi sont représentés par des onomatopées qui leur sont propres. Lorsqu’il s’agit d’un pas simple sur le sol, les dessinateurs utilisent TOK ou CRUNCH. Lorsque ce sont de nombreuses personnes qui marchent, pour représenter le bruit de leurs pas, on fait TOKATOKATOK. Toujours pour des pas de groupes, on utilise aussi des TAK multiples. Lorsqu’il y a dérapage en marchant, on utilise SKRSSHH. On peut aussi l’utiliser lorsqu’une personne glisse en faisant de l’escalade.

Des craquements

Les onomatopées exprimant les craquements sont également très célèbres. Elles sont souvent utilisées dans les scénarios où le silence et la minutie sont de rigueur et représentent une sorte de fausse note. L’onomatopée KRAK est un classique et peut être utilisée dans presque toutes les situations. On peut aussi utiliser KRUNK lorsque le craquement est quelque peu sourd.

Lorsqu’un verre se casse, la plupart du temps, les concepteurs de BD utilisent KKKRRRIIIIK. Quand il s’agit d’une caisse en bois, on utilise WHACK et on utilise SPLAT pour exprimer le son des œufs qui se cassent.

Des objets

Les onomatopées des objets sont celles pour lesquelles les dessinateurs ont une très grande liberté. Cela est dû au très grand nombre d’objets existants et au très grand nombre d'événements pouvant y être liés. Pour les petits objets qui s’échappent des mains, on utilise souvent TAK, TIK ou PIIIT. Les deux premiers sons peuvent exprimer aussi le son de l’aiguille d’une montre TIC TAC. Lorsqu’une feuille de papier est dépliée, cela s’exprime par FLIK et CHICK lorsque des boulons filent des mains.